GIP du futur parc National des forêts de Champagne et Bourgogne
-A +A
Share

La cueillette et le ramassage

La cueillette pratiquée par des amateurs
Ramasser ce que la nature offre

Qui n’est jamais allé cueillir du muguet, ramasser des girolles ou chercher quelques escargots ? Ces activités ancestrales sont pratiquées par des amateurs sur le territoire, souvent fins connaisseurs de la nature et de ce qu’elle peut offrir. Dans le Parc national, ces pratiques font partie des liens étroits qui unissent les habitants à la forêt.

Il faut néanmoins se rappeler que tous ensemble nous portons une responsabilité dans la protection de ces espèces sauvages et que ces activités sont déjà réglementées :

  • certaines espèces sont tout simplement interdites de ramassage, car menacées de disparition, comme la nivéole de printemps ou l’écrevisse à pieds blancs ;
  • dans les terrains communaux ou domaniaux, cueillette et ramassage sont des tolérances. Pour certaines espèces, des réglementations nationales ou départementales définissent des périodes autorisées.
  • la cueillette et le ramassage sur des terrains privés sont réservés à leur propriétaire.
La truffe, alliance de l'arbre et du goût

La truffe est le champignon le plus secret et le plus apprécié qu’on puisse trouver sur le territoire. Moins connue que la truffe noire du Périgord (Tuber melanosporum), la truffe de Bourgogne (Tuber uncinatum principalement) pousse à l’abri des regards dans nos forêts.
Elle est aussi produite dans des truffières plantées, dont les racines des arbres ont été "ensemencées" avec le précieux champignon.

Le territoire a compté parmi les plus gros vendeurs de truffes de Bourgogne à la fin du XIXe siècle. Le ramassage, appelé cavage, et la production en truffière sont relancés actuellement sous l’action d’associations locales en Côte-d’Or et en Haute-Marne. Leurs missions sont notamment de promouvoir la truffe de Bourgogne, d’organiser le cavage et la commercialisation des truffes et de développer leurs usages.

Forêt domaniale de La Chaume - jonquilles - © Poillotte
Cèpe d'été ou Bolet réticulé - © Poillotte
Muguet - © GIP PN FCB
La cueillette dans le futur Parc national

Dans un territoire de parc national, un des objectifs est de faire cohabiter en harmonie l’Homme et la vie sauvage. La cueillette est un bon exemple d’activités où l’Homme bénéficie des bienfaits de la nature à condition de la respecter.

Dans le futur parc national, les différents zonages influenceront plus ou moins l’activité de cueillette :

  • dans la réserve intégrale, où l’objectif sera de retrouver une forêt sans intervention humaine, la cueillette sera interdite – il s’agit d’une zone d’environ 3 000 hectares ;
  • dans les cœurs de parc national, la cueillette est généralement réglementée en fonction des enjeux locaux – une concertation aura lieu à ce sujet ;
  • dans l’aire d’adhésion, c’est la réglementation habituelle qui s’applique (pas de changement avec la création du parc national). Des actions collectives seront étudiées pour mettre en valeur certaines spécificités du territoire, par exemple la truffe de Bourgogne.