GIP du futur parc National des forêts de Champagne et Bourgogne
-A +A
Share

LES ACTIVITÉS

Une économie locale basée sur les ressources naturelles

Un parc national ne se crée pas sur un territoire vierge de toute activité humaine. Il n’a rien d’une « mise sous cloche » qui empêcherait toute entreprise ou toute pratique, surtout quand elles font partie de l’identité même de ce territoire. Son rôle est de veiller à la compatibilité entre ses objectifs de préservation et le projet de développement exemplaire du territoire défini et mise en œuvre avec et par les acteurs locaux.

La forêt et l’exploitation du bois, l’agriculture et l’exploitation de la pierre constituent le socle d’activités du futur parc national. Garantes du maintien d’emplois locaux, ces filières économiques participent aussi largement au façonnage des paysages. Dans ce territoire rural, l’artisanat occupe également une grande place dans la vie économique locale, associé aux commerces et services de proximité. 

Des traditions ancrées dans la vie moderne

Le territoire du futur parc national compte plus de 25 000 habitants. Chacun habite forcément à proximité d’une forêt et y pratique bien souvent une activité de loisir : la chasse, la cueillette de fleurs ou de champignons, les sports de nature comme le VTT, la promenade…

Bien que certains l'assimilent à un loisir, la production de bois bûches par le biais des affouages est plutôt un moyen utilitaire de se chauffer à un coût modéré. Enfin en dehors des forêts, la pêche est pratiquée par de nombreux amateurs sur le territoire, la pêche à la truite étant très réputée.