GIP du futur parc National des forêts de Champagne et Bourgogne
-A +A
Share

Les missions du GIP

La convention constitutive

Le Code de l'Environnement fixe au GIP de préfiguration du Parc national l'objectif d'élaborer la charte qu'il proposera pour approbation aux services de l'Etat. En complément, la convention constitutive du GIP détaille ses missions :

  • Délimiter précisément les différents zonages (cœurs, aire optimale d’adhésion, réserve intégrale) du futur parc national ;
  • Proposer un projet de gestion forestière répondant aux exigences d’un parc national, tout en tenant compte des activités existantes ;
  • Proposer un projet de gestion de la chasse afin de maîtriser les populations de grands ongulés (cerfs, chevreuils, sangliers…) ;
  • Élaborer un projet de charte définissant :
    • le caractère du parc, c'est-à-dire ses spécificités matérielles et immatérielles ;
    • les liens écologiques, économiques, sociaux et culturels entre les cœurs et la zone d'adhésion et notamment les dispositions réglementaires applicables aux cœurs ;
    • un projet original et volontariste de développement durable des filières agricole et forestière et le développement d’un tourisme durable centré sur le patrimoine du parc national ;
    • organiser la consultation institutionnelle locale en lien avec les services de l'Etat.

 

Les membres du GIP

Aujourd’hui, le GIP des Forêts de Champagne et Bourgogne compte 217 membres, répartis en trois collèges :

  • l’Etat et ses établissements publics (collège 1)
  • les collectivités locales (collège 2)
  • la société civile (collège 3)

C’est l’évolution de la loi sur les parcs nationaux, en 2006, qui a introduit cette "nouvelle gouvernance", afin d’impliquer davantage les collectivités et acteurs locaux dans la construction du projet et dans les prises de décision. Dans les instances, ce sont les collectivités (communes, intercommunalités, départements, régions) qui ont la majorité des voix.

Le GIP du futur Parc national des Forêts de Champagne et Bourgogne a été créé le 5 juillet 2010, pour une durée de 9 ans maximum.