GIP du futur parc National des forêts de Champagne et Bourgogne
-A +A
Share

Patrimoine monastique

Une forêt qui abrite de nombreuses abbayes

A partir du Moyen Age, les forêts deviennent des lieux recherchés par les moines qui souhaitent s’isoler pour vivre leur spiritualité dans le calme et la sérénité.

Plusieurs communautés s’installent :

  • l'Abbaye de Notre Dame à Châtillon, qui suivait la règle de Saint Augustin,
  • la Chartreuse de Lugny,
  • le Grand Prieuré Trappiste du Val des Choues,
  • les cisterciens d'Auberive, de Longuay et de Vauxbons.

Les templiers ont également laissé de nombreux vestiges, dont plusieurs commanderies :

  • Bure les Templiers, qui marque les débuts de l’ordre, et dispose d’un rayonnement national, voire international,
  • Voulaines-les-Templiers, Châtillon-sur-Seine, Mormand, Epailly et Leuglay (durant quelques années avec la Chapelle des Barbarans, appelée ensuite la Corroierie).

L’installation des communautés religieuses, qui ont œuvré du Moyen-Age à la Révolution française, a été particulièrement importante pour l’organisation de l’espace, le développement économique du territoire, l’éducation des habitants… Il existe encore de nombreux sujets potentiels pour des études scientifiques.

L’impact de ces communautés religieuses sur l’aménagement actuel de ce territoire est très important. Ils ont modelé les paysages à travers des constructions importantes (abbayes, granges, chapelles, forges…), le défrichement de forêts pour en faire des terres agricoles, et l’aménagement du réseau hydrographique dans chaque vallée (détournement de rivières, création d’étangs pour la pisciculture, moulins…).

Par ailleurs, beaucoup de bâtiments monumentaux et originaux ont vu le jour sous l’impulsion des moines. Chacun d’entre eux possède désormais de nouvelles vocations qui viennent renforcer le projet de Parc national en matière d’offre culturelle et touristique : hébergement touristique, centre d’art contemporain, espace d’exposition consacré à la chasse…