GIP du futur parc National des forêts de Champagne et Bourgogne
-A +A
Share
Le 04/07/2018
Filière forêt-bois

L'exposition FORÊTS // IMAGINAIRES se déroule tout l'été du 1er juillet au 26 août 

 L’Expédition sur le site le Chameau de Châteauvillain (52)

4, route de Châtillon (en face de l’Intermarché)

Ouvert tous les jours de 15h à 19h – entrée libre

 

affiche_forêts imaginaires
Inauguration de l’exposition « Forêts ​// ​Imaginaires »
​Discours de Françoise Colas, présidente du fonds SAKURA​ ​
 

"À quel moment un scion devient-il un arbre?
Combien d’arbres font une forêt ?
Questions oiseuses, jusqu’à ce que la forêt ancestrale disparaisse sous la poussée humaine. Une amie travaillant dans une ONG au Cambodge est indignée du déferlement des plantations agricoles rongeant une forêt tropicale défrichée, essartée et labourée avec une rapidité jamais atteinte. En Indonésie, en Afrique, au Brésil, le bûcheronnage ravage des canopées que nous pensions éternelles.
Or, ce que vivent les forêts primaires dans les pays en voie de développement a déjà été vécu partout en Europe.
Les forêts de France ont doublé depuis 1850, et leur surface s’accroît de 0,7% par an. Elle représente 28% de notre territoire, sur 17 millions d’hectares, soit 10% des forêts européennes. Nos forêts les plus antiques, cependant, 
​ ​
 celles qui outrepassent les mémoires transmises, sont devenues rares et éparses.
Ce territoire où nous sommes est, de ce point de vue, une référence absolue de forêt diversifiée, vaste et ancienne. Ici, il est possible de rencontrer une grande forêt. Rencontre rare et précieuse s’il en est.

Le statut de l’arbre, particule élémentaire de toute forêt, a quant à lui singulièrement évolué dans notre société, de matière première à puit 
​​
 de carbone, de bois de chauffage à organisme vivant et solidaire.
La forêt est devenue, pour nos sociétés urbaines, une expérience immersive vers les parts de nous mêmes les plus révolues.
Encore faut-il retrouver le chemin des forêts profondes, au long duquel s’égarent les bruits des objets, pour atteindre les sources vives de nos imaginaires.
La Maison Laurentine a su rassembler artistes, étudiants et habitants pour nous donner la main et nous inviter à explorer les sentiers sensibles qui nous ramènent aux clairières oubliées. Il s’agit d’une œuvre d’Art Social, pleinement utile, fascinante, pertinente qui démontre à quel point, pour toute société, depuis la Préhistoire, l’Art est un bénéfice social essentiel .
Le fonds de dotation Sakura, créé par Muriel Pénicaud, et son conseil d’administration que je représente aujourd’hui, sommes particulièrement fières de soutenir depuis plusieurs années déjà les expositions de l’Expédition, branches de plus en plus maîtresses d’un arbre qui ne cesse de grandir.
Pierre et Marie Solange, et vous tous artistes, étudiants, habitants ainsi que vos élus, soyez en remerciés : ce que vous faites ici est utile au monde."