GIP du futur parc National des forêts de Champagne et Bourgogne
-A +A
Share
Le 03/05/2018
Environnement

Une caméra a été dissimulée  par les scientifiques dans l’arbre avant le retour  d’Afrique des Cigognes noires sur leur nid dans une forêt hongroise de la vallée du Danube. Il s’agit de la forêt de Gemenc située dans le parc national de la vallée du Danube. Ce parc national forestier créé en 1977  s’étend sur 340 km2 avec 15% de la surface en réserve intégrale. Cette forêt inondable composée de chênes, frênes, ormes aux dimensions impressionnantes abrite une population de cerfs avec des trophées remarquables.

Un petit train touristique permet aux nombreux visiteurs d’observer la faune peu farouche en particulier les cigognes noires dont les nids sont parfois espacés de seulement quelques centaines de mètres. Le territoire des cigognes noires est ici réduit car la nourriture est abondante au pied de l’arbre dans les trous d’eau qui s’assèchent progressivement jusqu’à l’envol des jeunes. Par comparaison les cigognes noires qui nichent dans le futur parc national des forêts de Champagne et Bourgogne vont se nourrir jusqu’à dix kilomètres du nid. Les domaines vitaux des couples sont donc importants et les nids distants de plusieurs kilomètres.

Nous assistons sur cette séquence à l’éclosion du premier poussin d’une ponte de  quatre œufs. Les naissances vont se poursuivre à quelques jours d’intervalle. En effet la couvaison assurée par la femelle et le mâle commence avec la ponte du premier œuf entrainant un décalage dans les naissances. Il y aura un ainé plus fort que les autres. Cette particularité permet en cas de manque de nourriture de réduire le nombre de poussins pour que les plus forts survivent. Le benjamin moins robuste que les autres est moins ardent à quémander la nourriture et finit par dépérir et ainsi de suite si le manque de nourriture perdure. Au moins un oisillon survivra.

Les poussins s’envoleront à l’âge d’environ 60 jours donc au début juillet. Les nichées peuvent compter jusqu’à cinq poussins. La moyenne de jeunes par nichée en Côte-d’Or & en Haute-Marne est de trois à l’envol. La mortalité des poussins est rare mais il y a régulièrement des œufs clairs.

Les deux cigognes noires équipées d’un émetteur satellitaire qui nichent dans le périmètre du futur parc national sont à présent installées sur leur nid l’une en Haute-Marne l’autre en Côte-d’Or. Cette saison, les deux couples ont délaissé leur ancien nid pour une construire un nouveau à quelques kilomètres mais toujours sur leur territoire conservant leur zones de pêche habituelles sur les petits ruisseaux.

A présent les cigognes noires sont peu visibles, l’une étant en permanence au nid pour couver ou réchauffer et protéger les poussins des intempéries et prédateurs potentiels.

A présent les arbres sont bien feuillés et les nids sont peu visibles, c’est aussi la période la plus sensible en cas de dérangement. Si un adulte quitte le nid les poussins sont très vulnérables.

Toutes observations de cigognes noires sont à transmettre au réseau national Cigogne noire ONF-LPO

 

Photo d'accueil © Olivier Pellerin

éclosion du 1er cigogneau de la nichée !